Rentrée au CP, fin de la 2ème semaine.
Et quelle semaine !

Pourtant ça s'annonçait bien.
Le jour de la rentrée, PetitLion et PetitChat étaient debout à 6h45. Sans qu'on ait besoin de les extirper de leur lit.
Depuis la veille ils VOULAIENT aller à l'école.
On est même passé chercher un copain au bout de la rue qui stressait parce que dans une classe sans copain (3 classes de CP, dont une mixée avec du CE2).
PetitChat exprimait nettement son enthousiasme tout en modérant ses propos avec "j'ai quand même un peu peur".



Et puis vendredi dernier, un premier dérapage.
Alors que je venais de les laisser passer la grille à la sonnerie de 8h20, après un dernier coucou de la main pour m'assurer qu'ils sont bien entrés dans la cour, je me dirigeais avec un papa vers la gare RER à 700m de là.
J'entendais des appels désespérés d'un enfant qui me suivait le long du grillage, à 5m sur ma droite.
J'étais prête à plaindre la maman quand le papa à côté de moi me dit "ton fils t'appelle".

Et là le choc.
PetitChat le visage en larmes, tenant les lanières de son sac d'écolier, courant vers moi.
De suite je me suis dit "il est tombé, il s'est fait mal".
Et puis non. Il a collé son visage au grillage et hurlant "maman, je ne veux pas y aller".

PetitChat est un petit garçon très sensible mais qui pleure rarement.
C'est pas le genre à se plaindre d'un bobo quelconque.

rentree2017


Quand il pleure c'est qu'il va VRAIMENT mal.

J'essaye donc de le rassurer, je lui caresse le visage à travers les mailles du grillage.
Je lui dis que l'école c'est super, qu'on apprend plein de choses pour se débrouiller dans la vie, plus tard.
Je jette un oeil furtif ma montre qui m'indique que je n'ai plus que 6minutes avant le passage du RER qui m'amène à Paris en 25 minutes, après je suis quitte pour un omnibus.
Je parviens à le calmer et je file à la gare.

Lundi, PetitChat recommence à pleurer et je met un peu plus de temps à le rassurer. 
Son frère me demandant "pourquoi il pleure PetitChat ?" parce que lui se fait une joie d'aller à l'école (pour retrouver ses copains surtout !).

Mardi, il a commencé à hurler devant la grille, dès qu'elles se sont ouvertes. J'ai dû le porter dans l'enceinte de l'école, faisant fi de l'enseignante qui surveillait l'entrée.
J'ai filé comme une voleuse, comme si me faufiler dans la vague des parents sur le chemin piétonnier longeant l'école aller me faire disparaître et oublier que mon fils m'appelait désespérement et que les parents me regardaient avec l'air compatissant.
J'ai suivi mon instinct maternel en tournant la tête.

Et je l'ai vu.
Mon fils, le visage ravagé de larmes, agrippé au grillage comme s'il était en prison.
Mon coeur s'est décroché, mon estomac est remonté.
Je lui ai expliqué que ce n'était pas possible pour moi de rester là, qu'il devait aller à l'école, qu'on ne pouvait pas rentrer à la maison même s'il n'aimait pas l'école.
Il pleurait de plus belle, me suppliant de rester avec lui.
Une maman m'a posé sa main sur mon épaule pour me souhaiter bon courage.

Et j'ai fait ce qu'il ne faut pas faire.
J'ai craqué.
J'ai pleuré devant mon fils.
Je revois encore son air choqué de me voir pleurer. Et il s'est arrêté de crier.
Je lui ai dit "je ne peux pas PetitChat, je ne peux pas rester parce que maman doit prendre son train pour aller travailler"
Et je me suis retournée.
Et j'ai couru.

Mais je l'ai entendu longtemps son "maman".
Son cri s'élevait à plus de 100m.
Et je l'ai entendu résonner dans ma tête jusqu'à mon arrivée au bureau.

Mercredi, c'est son papa qui s'est chargé de les emmener à l'école et il a eu droit à la même chose.

Jeudi, on a tenté autre chose.
Je les ai emmené à l'accueil du matin, dans le préau de l'école.
J'ai fait fi des protestations de PetitLion parce que ses copains ne vont jamais à la garderie du matin et donc il ne pouvait pas les voir.

A 8h05, nous entrions tous les 3 dans une salle de 200m² remplie d'enfants de 6 à 11 ans.
Et là, pas de larmes, pas de cris.
Je leur ai fait un bisou, je leur ai dit à ce soir et je suis partie.

Hier soir, il a demandé à retourner à la garderie du matin.
On s'est organisé avec son papa, il a déposé PetitChat à 8h00 tout en ayant les petits qu'il a emmené chez SuperV.
Et moi je n'ai eu que PetitLion à gérer, à emmener à 8h20 devant la grille de l'école.

Pas hyper pratique, parce que ça fait faire un détour au papa et donc, et on ne va pas pouvoir faire ça chaque matin, mais ça permet de faire une transition en douceur, même si ça le fait lever plus tôt et ça lui rajoute de la collectivité ! 

A suivre...