Longtemps j'ai repoussé l'échéance, me disant que PetitChat grandit, que ça va aller mieux.
Mais ça ne va pas mieux.
J'en ai pris conscience douloureusement, à la lecture de ses cahiers de classe pendant les vacances d'automne, où la maîtresse avait rajouté un mot sous plusieurs ateliers.
"N'a terminé le travail qu'avec la présence de la maitresse à ses côtés", "Ne s'est pas suffisamment concentré pour finir le travail", "N'en a fait qu'à sa tête", ...

Sans compter le nombre de fois depuis la rentrée de novembre où la responsable de la garderie du soir m'a houspillée devant les autres parents pour me signaler que PetitChat n'a pas été très sage, qu'il a ENCORE bousculé, qu'il a ENCORE mordu.

A chaque fois je me mettais à sa hauteur, pour le regarder dans les yeux, sans crier, sans me fâcher, sans le roudoyer. Et je lui répétais que NON on ne bouscule pas ses camarades, NON on ne mord pas les autres, que si quelque chose ne va pas, il doit le DIRE, ne pas AGIR sans expliquer ce qui ne va pas.

Et puis j'ai eu le bilan de l'orthophoniste. Et j'ai bien vu que ça n'allait pas en voyant ces pics descendants dans les courbes dessinées au crayon et les notes négatives surlignées en rose fluo.
J'ai compris que son retard de langage et de parole était important pour un petit garçon de maintenant 5 ans.
Beaucoup. Trop sans doute.

L'orthophoniste préconise d'ailleurs une deuxième séance hebdomadaire pour travailler encore plus.
Mais je ne sais même pas où on va trouver le temps.
Etre parent de famille nombreuse c'est pas si simple. Le papa a beau être très présent, on travaille tous les deux et nos emplois de temps ne sont pas extensibles. Mon mercredi est déjà intensif entre l'école, l'orthophoniste, les activités extra-scolaires, les lessives, le tout avec les 4 enfants.
J'avoue, j'ai un instant pensé à dire stop. J'arrête de bosser le temps que les choses rentrent dans l'ordre.
Mais quel ordre ?

Et puis l'orthophoniste m'a reparlé de voir une pédopsy. Parce que la psychologue du RASED est limitée en actions au niveau de l'école.
Elle m'a même conseillée de voir la psy de la PMI qui consulte les mardis et jeudis après-midi. 
J'avoue, j'ai ri. Avant de pleurer.
Comment consulter à de tels créneaux quand on a une activité professionnelle à 1h de son domicile ?

Et puis la maitresse m'a reparlé de voir une pédopsy. Parce qu'il pousse sans raison, parce qu'il mord sans raison.

Alors ce vendredi, j'ai contacté une pédopsy.
J'ai pris le premier rendez-vous proposé, j'ai posé un jour de congé.

Parce qu'à un moment se voiler la face ne sert à rien.
Non, à 5 ans, on n'exprime pas son mécontentement par les vilains gestes.
Non, à 5 ans, on ne se bat pas avec son frère jumeau pour des inepties.

Nous sommes des parents complétement démunis face au mal-être de leur PetitChat.
On ne sait plus comment agir.
Crier ne sert à rien, le punir non plus.
Il est évident que nous devons l'aider à grandir sereinement et pour cela, nous devons passer par la case pédopsy.

Alors j'ai expliqué à PetitChat qu'on allait bientôt voir une dame. 
Que cette dame allait lui poser des questions, qu'il n'aurait qu'à répondre.
Mais que je serai avec lui.
Ou du moins pas loin.