Oulala ça faisait un bail... à tel point que je suis même pas sûre que j'ai encore des lecteurs.

Peu importe, j'ai toujours décrêté écrire pour moi.
Histoire de survie intérieure.
Et que FaceBook est loin d'être un exhutoire vu que j'ai mon ex PDG en contact, l'ex RH et quelques collègues.
Au moins ici, pas de souci. Enfin espérons-le.

Depuis la rentrée c'est un peu la folie côté boulot.
Et puis depuis 15 jours, je sature.
Parce que j'ai appris des trucs qui m'ont pas plu, mais du tout.
J'avoue que j'aurai pas dû fourrer mon nez là où je l'ai fourré, mais maintenant c'est fait et maintenant je sais que je suis prise pour une conne.
Et en beauté !

Mais ça ne m'empêche pas de bosser.
Par contre la semaine dernière j'ai rédigé un mail, d'abord sous le coup de la colère où j'y allais pas avec le dos de la cuillère.
Et puis j'ai pris le parti de "inspirer/respirer".
Pis de carburer au Tranquital (mélange de valériane et d'aubépine).

J'ai retravaillé le mail, mais je ne l'ai pas encore envoyé.
J'attendrai vendredi 17h pour envoyer ma "valda" en espérant que ma responsable, nommée nouvellement directrice (une des raisons de ma colère parce que ça manière de me l'annoncer, ça m'a "grave gavé") passera un week-end de questionnement.

Parce qu mon mail ne sera composé que de ces mots :
"S., j'ai bien réflechi et j'ai pris une décision. Il faut qu'on en parle".

Ca change du pavé d'une page initialement prévu, mais il parait qu'il faut que j'évite les mails (c'est sur mon compte-rendu d'entretien individuel) et que je préfère les discussions qui, en plus, ont l'avantage de ne garder aucune trace écrite (forcément)

Bref, mon mail initial est devenu ma base de discussion.
Parce que bon, me reprocher de ne pas remplir toute la fonction que j'ai (pour expliquer le fait que j'ai le minimum "syndical" d'augmentation) et me renvoyer sur une fiche de poste APEC (site dédié aux cadres) poru me dire "voilà ce que ta fonction requiert", ça me fait bondir.
Parce que 1/ je suis pas cadre (on m'a refusé la "promotion" justement parce que je ne remplis pas tous les critères mais on me dit que c'est ce qu'on attend de moi) 2/ j'ai pas le salaire indiqué sur la fiche.

Bref, ma décision est mûrement réflêchie.
De toute manière ça ne pouvait plus durer le fait de me contenir toute la journée pour éviter d'exploser (imploser ?) et de me retrouver au lit à 21h30 parce que je suis KO debout et que je suis perclue de fatigue nerveuse.

Après 3 ans dans ce service, le tout sans augmentation notable (à par la base), j'ai besoin de voir autre chose.
Parce que si j'ai pas de promotion maintenant j'en aurai jamais.
C'est ma resp... directrice qui récolte tous les lauriers (et l'augmentation et les primes mais ça je suis pas sensée le savoir).
Le travail d'équipe c'est dans mes rêves. Je suis juste un pion (utile qui leur ôte une belle épine du pied).

Ras le bol.