Hier, alors que nous étions tranquillement dans le jardin pour arroser nos tomates (encore 6 à venir !!) et arracher les plants de radis que j'ai semé trop serré (donc forcément ça pousse, mais ça germe pas), les mains dans la terre mouillées, j'ai vu derrière le grillage de notre jardin, un Jack Russell que mon voisin garde pour le week-end.
Pas de souci me dis-je, la porte du jardin du voisin doit être fermée.

Que nenni !
Moins de 10 secondes plus tard, Jack (c'est son nom) est en train de piaffer face à Domino qui fait le dos rond, hérissé comme un porc-epic, toutes griffes dehors.
Le chien lui court après et Domino essaye de fuir tant bien que mal vu qu'il est attaché au bout d'une laisse lié à un arbre.
Je vole au secours de mon chachat qui vole littéralement de frayeur face à ce chien (dont les maîtres n'avaient toujours pas pointé le bout du nez).
La laisse me scisaille la cheville droite, j'attrape au vol Domino qui me plante les griffes dans mes avant bras avant de s'accrocher à mon t-shirt comme un naufragé à un bout de bois.

Le propriétaire du chien arrive enfin pour le récupérer de NOTRE jardin et se répand en excuses tout en disant qu'il avait pas vu que mon chat était attaché.
Ah parce que sinon, c'était pas grave ?!

Domino mettra 30 min à se calmer, se mettant à l'abri tantôt sur une chaise, tantôt sur la table.
On rentre ensuite pour panser nos blessures.
Je l'essuie avec un gant de toute la poussière qui le recouvre, je me badigeonne d'alcool modifié sur toutes les plaies (ouilleouille la cheville!)

C'est pas demain la veille qu'on aura un cocker ...